Site officiel de la ville de Villetaneuse

Actualité

Information périmée depuis le 30/06/2018

Zoom sur...Les raisons de la colère !Interview d’un cheminot

Depuis le début du mois de mars, les cheminots ont déclenché un fort mouvement d’action et de grève pour s’opposer à la casse du service public ferroviaire et à la privatisation programmée de la SNCF.

Si l’on en croit le gouvernement, ses représentants et les grands médias, ce mouvement n’a pas de raison d’être et serait le fruit de « privilégiés » arcboutés sur la défense de leur statut. Qu’en est-il vraiment ? Rencontre avec Guylain Oger (ci-dessous), agent de maintenance et secrétaire du syndicat CGT au technicentre des Joncherolles.



Pour Guylain Oger, la motivation des cheminots tient en une phrase : « le maintien d’un service public de qualité, pour donner une meilleure qualité de sécurité aux usagers. »
Sur le technicentre de Villetaneuse, au fil des années, les salariés ont vu se dégrader les conditions de la maintenance des rames, avec une augmentation des pannes maintenues pour réduire les coûts. « On est passé d’une maintenance préventive à une maintenance corrective ».

En effet, c’est aujourd’hui un logiciel qui détecte les pannes. Le regard humain a donc disparu, et on attend donc que le niveau des diverses pannes ou dysfonctionnement aient atteint un certain seuil avant de passer la rame en maintenance, avec la volonté de faire des économies, sans se soucier des risques d’accidents induits, ou de trains bloqués. Guylain et ses collègues y voient là une volonté de dévaloriser le service public pour privatiser l’entreprise. Ils craignent que le technicentre subisse le même sort que le T 11, entièrement livré à une filiale privée.

Des guichets qui ferment, des gares qui disparaissent, des suppressions de lignes, le train connait le même sort que les bureaux de poste, les hôpitaux, ou les centres de Sécurité Sociale. Et ce recul du rail induit une France à deux vitesses, où les grands centres urbains sont promus au détriment des autres territoires.

Alors oui, la défense du service public et du statut, Guylain y est fortement attaché. D’abord parce que, précisément, le service public garantit l’égalité de tous et de tous les territoires. Mais aussi parce que l’exemple de la privatisation du ferroviaire britannique a engendré de nombreux accidents, des services moins fiables et plus chers…

Guylain est conscient des combats à mener, de la volonté de destruction de ce statut (30% des embauches sont contractuelles, réduction drastique des représentants du personnel, etc…). Car ce statut, s’il est tant attaqué, jeté en pâture à la vindicte populaire, c’est qu’il est le cœur du service public, et le garant de la continuité du ferroviaire sur le territoire national. Et s’il donne des droits aux cheminots, il leur confère aussi des devoirs, notamment le travail de nuit, du dimanche et des jours fériés. Tout cela pour une rémunération en début de carrière à un niveau inférieur au Smic.

Dans les jours et les semaines qui viennent, Guylain va continuer les combats, mobiliser les cheminots et les usagers pour défendre ce qui fait la fierté des cheminots, leur cœur de métier : être au service du public.

Aucun commentaires actuellement.

Laisser un commentaire

 

Voir toute l'actualité

Mairie de Villetaneuse - Place de l'Hôtel de Ville - 93430 - Tél. : 01 85 57 39 00 - Fax : 01 85 57 39 02