Passer au contenu

Site officiel de la ville de Villetaneuse

Intranet
Plaine commune
Intranet

Zoom sur...

Mère courage et enfants patience

Une famille de Villetaneuse dans le confinement

Plus de quarante jours de confinement : pour certaines familles c’est une véritable mise à l’épreuve, pour la famille Albold installée route de Saint-Leu, après toutefois deux semaines de réglages, les journées s'écoulent sans drame. Medhi, Killian, Noah, Lucas, Kenza, Julien et leur maman Isabelle ont découvert un rythme inédit qu'ils ont réussi à domestiquer. Rencontre.

Comment vous êtes-vous organisés pour vous adapter à cette vie quotidienne inédite, tous ensemble ?

Isabelle : « Etonnamment, les deux premières semaines ont été impeccables. Les journées se sont naturellement organisées avec, le matin, du travail, un peu de ménage et les devoirs, et l'après-midi, c'est pour la détente : coloriage et dessins animés pour les petits ; musiques et jeux videos pour les plus grands. Mais au bout du 15e jour, il y a eu de la tension, des bagarres… Heureusement, avec ma fille Kenza, on a réussi à calmer le jeu. A part ce moment un peu difficile, maintenant, on réussit à se gérer. Le jours passent sans trop de difficultés. Ils sont denses, on s’ennuie pas ! 

Pour les tâches ménagères, la cuisine,… c’est une question d’organisation : chacun essaye de faire des efforts. Kenza est attentive et m’aide beaucoup, et mon grand fils Julien, me donne aussi de son temps en dehors de ses heures de travail. Parfois c’est délicat. Par exemple, mon Lucas de 14 ans est un peu en rébellion en ce moment, c'est un coriace… mais c’est de son âge ! Avec Killian, c’est scolairement que c’est compliqué. Il a des difficultés. Heureusement, avec l’école le lien est maintenu : on récupère les devoirs photocopiés et quand ils sont faits, je les prends en photo et les envoie à sa maîtresse. Et avec elle, les contacts sont presque quotidiens pour ne pas que Killian soit largué.

Pour les courses, je les fais avec Julien mon grand fils de 22 ans. Heureusement, il a le permis et on fait vraiment de grandes courses pour tenir un mois. En général on en a pour l’après-midi entière, alors l'autorisation de sortie d'une heure me fait bien sourire ! J’en profite pour visiter et approvisionner ma mère à Sarcelles car elle a perdu son autonomie et ne peut pas se déplacer.  »

Vous arrivez à dégager des moments de détente avec ces grosses journées ?

Isabelle : « Ils ne sont pas nombreux ! Mais il y a quand même les repas que l’on prend tous ensemble. Ce sont vraiment des moments importants, et on prend le temps de les vivre : chacun prend la parole, dit ce qu’il a à dire, on s’écoute. Il y a un vrai échange ! D’ailleurs, c’est la psychologue du PRE qui nous a donné ce conseil : sacraliser ces moments passés ensemble et privilégier l’écoute. C’est vrai, tout va vite mieux quand on est attentif les uns envers les autres.

Sinon, pour ce qui me concerne, je commence à souffler le soir, tard, vers 22h ou 23h. Et là, je peux profiter du calme lorsque tout le monde commence à se calmer et à s'endormir. Et puis, à une heure ou deux heures du matin, je baisse pavillon, crevée ! Et le matin, entre 8h ou 9h, je les entends s'agiter pour une nouvelle journée. Je ne me lève pas tout de suite. J'essaye de profiter du calme de mon lit au maximum. Et puis y a des surprises : ce matin, c'est Killian qui a préparé le petit déjeuner : café au lait et œufs brouillés s'il vous plaît ! C'était bien agréable de mettre les pieds sous la table (rires). »

Dans la famille Albold, je voudrais…

• Isabelle, 51 ans, la mère courage
• Mehdi, 7 ans, le tempétueux capricieux
• Killian, 9 ans, le monsieur câlins
• Noah, 13 ans, le solitaire discret
• Lucas, 14 ans, la forte tête rebelle
• Kenza, 17 ans, la bienveillante grande sœur
• Julien, 22 ans, la force tranquille

• Il y a aussi deux grandes filles qui sont maintenant indépendantes : Justine, 23 ans,
• et aussi Sibel, 26 ans, une infirmière qui a contracté le coronavirus, et qui a repris le travail après plusieurs jours d'une très grosse fatigue.

Bon courage et grand merci à elle !

Et le déconfinement… le retour de vos enfants à l'école ?

Isabelle : « Oula… je crois que l'on va vivre ça chaque jour, l'un après l'autre. Je suppose que ce sera très progressif. J'en ai aucune idée. Je me demande quand même si c'est bien raisonnable. En tous les cas, pour ce qui me concerne, les choses sont claires : si il n'y a pas de protection, de sécurité satisfaisantes, mes enfants resteront à la maison ! Maintenant que l'on a réussi à adopter un rythme quotidien à la maison, je ne préfère pas les mettre en danger pour le mois et les quelques jours qui restent, surtout si on peut continuer l'école à domicile.  »

Racontez-nous !

Comment ça va chez vous ?

Anecdote, témoignage, bon plan, pour partager des histoires vraies à Villetaneuse...
Faîtes-vous connaître au mail communication@mairie-villetaneuse.fr

>> Découvrez toutes les interviews ici

Toutes les actualités

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par email Imprimer la page

Commentaires

Votre commentaire