Passer au contenu

Site officiel de la ville de Villetaneuse

Intranet
Plaine commune
Intranet
Information périmée depuis le 15/05/2019

Démocratie

« On a plein de choses à se dire ! »

Deux heures d’un échange enrichissant.

En photos : Un échange riche et lucide s'est tenu entre Stéphane Peu, le député de la circonscription, Madame la Maire, Carinne Juste et les Villetaneusiens venus en nombre pour débattre. (© Erwann Quéré)

« On a plein de choses à se dire ! », madame le Maire a ouvert en ces termes la réunion publique qui s’est tenue lundi 11 février à l’Hôtel de Ville, en présence de Stéphane Peu, député de la circonscription. À l’ordre du jour : « Grand débat national » : réelle consultation ou écran de fumée ? Une cinquantaine de personnes avaient répondu présentes. Retour sur deux heures d’un échange enrichissant.
Des Villetaneusiennes et des Villetaneusiens, de moins de 30 ans à plus de 60, sont venus… et intervenus ! Avec passion ou colère, conviction et sincérité, ils ont donné leur avis,  exprimé leur inquiétude, posé les questions qui les préoccupent.
Carinne Juste a situé la réunion dans son contexte, le grand débat. Soulignant que « les dés sont pipés», ce que dénotent certaines formulations dans les questions posées aux Français - « Quelles dépenses publiques faut-il réduire en priorité ? » - Madame le Maire a donc réaffirmé son engagement et sa détermination « à avancer, loin de toute logique misérabiliste, pour rassembler et construire. L’idée est de collecter vos propositions ». Stéphane Peu a invité les participants à « s’emparer de ce débat » : les propositions, « remontées à l’Assemblée Nationale afi n de montrer les aspirations de la circonscription », sont un moyen d’infléchir la politique menée par le chef de l’État. Son score au 2e tour des présidentielles reflète la volonté de « faire barrage à Marine Le Pen, sans pour autant être un blanc-seing politique ».

« Débattons ! Donnez votre avis ! Pas de questions taboues ! »

Les interventions se sont succédées sans temps mort, attestant d’un réel besoin de s’exprimer. Quoi que l’on pense du grand débat national, il est l’occasion, pour les uns, de « saisir l’opportunité de trouver des solutions, donner son avis », sans « débattre sur le débat », pour que Maire et Député « preniez notre voix et la portiez haut ». Pour d’autres, des questions sont posées sur les retraités et les handicapés, leurs difficultés, que l’affaiblissement des services publics aggrave « si on coupe les ailes de Villetaneuse, petite commune très dynamique ». Plusieurs témoignages se rejoignent sur l’impossibilité de « vivre avec une retraite de 870 euros par mois », un fort sentiment d’injustice à « percevoir 1 100 euros après une vie de travail commencée à 14 ans ». Double peine aussi pour ces enfants d’hier qui aidaient leurs parents et qui, devenus parents, doivent aider leurs enfants et petits-enfants, sur fond de «  petite musique » insupportable qui laisse entendre que « Les retraités sont privilégiés » ! Incompréhension, au sujet de l’obligation qu’ont les handicapés de remplir un dossier de vingt pages tous les deux ans, pour justifier leur droit à toucher leur allocation : « Un handicapé à 80% ne va pas redescendre à 20%… ». Une classe moyenne « ni riche ni pauvre », la suppression des contrats aidés, la détresse des familles monoparentales, la plupart du temps des femmes, qui subissent « de très fortes contraintes », l’inégalité des salaires hommes-femmes : tous ces sujets, et l’indignation ou la colère qu’ils provoquent, ont dominé les échanges. Autre question centrale, le pouvoir d’achat : produits de première nécessité, carburant et loyers en hausse. « Aujourd’hui à Villetaneuse, un F3 revient à 750€. C’est 70% d’un salaire de 1 300€. Quand j’étais jeune, mon loyer, c’était 10% de mon salaire… ». Les intervenants ont aussi exprimé leur inquiétude sur l’emploi : « Je suis un privé d’emploi » ; les services publics : « La population augmente, le personnel diminue, les hôpitaux ferment » ; les grandes entreprises : « bénéfices, licenciements, privatisation, impôt ».

« On n’est rien sans vous ! »

Une trentenaire diagnostique : « Quand il y a une fuite chez soi, on ne peut se contenter d’éponger, il faut réparer ». L’image fait écho chez une retraitée, qui acquiesce et suggère que « les politiques, dont c’est le métier et qui sont entourés de gens qualifiés, forment des groupes de travail, avec des gens de droite et de gauche, pour trouver des solutions ».
En conclusion, Stéphane Peu a rappelé les grands principes pour lesquels il se bat avec son groupe « dans l’Hémicyle, pied à pied, amendement par amendement » : solidarité, retraites par répartition, prise en compte de la diversité, nécessité de border le recours au référendum. Madame le Maire, elle, a réitéré son engagement et ses convictions : « Je ne suis pas là pour colmater les brèches mais pour avancer. Nous ne sommes pas tous d’accord ? C’est notre richesse ! Prenons tout ce qui permet d’avancer, sans angélisme. On n’est rien sans vous ! »
Article : Aude Tournaux.

Contacts

Chargée de mission démocratie locale, coopération décentralisée et jumelage

3ème étage,
1, place de l'hôtel de ville, 93430 Villetaneuse
Tél : 01 85 57 39 12
Mobile : 06.19.44.29.20

Toutes les actualités

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par email Imprimer la page

Commentaires

Votre commentaire

Agenda

Tout l'agenda