Site officiel de la ville de Villetaneuse

Actualité

CultureMagnifique patriote !Hommage à Jacqueline Quatremaire

Le dimanche 24 avril, la ville rend hommage aux victimes et héros villetaneusiens de la déportation dans le cadre de la journée nationale du souvenir : Pierre Louis, Delphine Presset, Yvon Leclercq et Anne Frank.


Jacqueline Quatremaine fait partie de ses héros morts en déportation. Une école de Villetaneuse porte son nom. 


Villetaneuse Informations revient sur le parcours de cette femme...                            

Jacqueline Quatremaire naît en 1918 dans l’Orne. En 1934, ses parents s’installent dans la région parisienne. En 1936, Jacqueline Quatremaire est sténodactylo au Syndicat des produits pharmaceutiques à Paris. Elle y travaille jusqu’à la dissolution des syndicats, en 1939. À partir de 1937, elle a aussi une activité politique : elle dirige le foyer de l’Union des jeunes filles de France à Noisy-le-Sec. En 1939, la deuxième guerre mondiale est déclarée. Jacqueline entre alors dans la clandestinité. Sous la fausse identité de Michèle Dambreville, elle assure la transmission des textes et des plaques de tirage dans le groupe d’Arthur Tintelin (appareil technique de la propagande du PC clandestin en région parisienne, «les imprimeurs»). 

Le 17 juin 1942, Jacqueline est arrêtée dans le 15e arrondissement par les inspecteurs des brigades spéciales. Après les bureaux de la préfecture de police, Jacqueline Quatremaire est conduite au dépôt de la Conciergerie. Le 10 août 1942, elle fait partie d’un groupe de détenues - dont dix-neuf seront déportées avec elle - transférées au camp allemand du Fort de Romainville. Jacqueline Quatremaire y est enregistrée sous le matricule n°626. Le 22 janvier 1943, elle fait partie des cent premières femmes transférées en camion au camp de Royallieu à Compiègne. 

Le matin suivant, elle monte, comme deux-cent-trente femmes dans les quatre derniers wagons (à bestiaux) d’un convoi dans lequel plus de 1450 détenus hommes ont été entassés la veille. Comme les autres déportées, elle jette des messages sur les voies à destination de ses proches, rédigés la veille ou à la hâte, dans l’entassement du wagon et les secousses. Le mot de Jacquy est parvenu à ses destinataires : « Dans une heure nous partons presque certainement pour l’Allemagne. Ne vous inquiétez pas le moral est excellent. Nous reviendrons bientôt. Ne vous inquiétez donc pas si vous n’avez pas de nouvelles pendant un moment. Tenez-vous en rapport avec les parents de Biche. Maman, Papa, Grand-père chéris au revoir. Ayez du courage. Mes chers amis je vous embrasse tous, tous. Et vous trois croyez à mon amour profond et recevez mes gros baisers». Jacquy. Petite Mère prend soin de ma poupée, je voudrais la trouver belle à mon retour.» 

«Quatremaire Jacqueline, sergent […] Arrêtée pour faits de résistance » 

En gare de Halle (Allemagne), le train se divise et les wagons des hommes sont dirigés sur Sachsenhausen, tandis que les femmes arrivent en gare d’Auschwitz le 26 janvier au soir. Le train y stationne toute la nuit. Le lendemain matin, après avoir été extraites de wagons et alignées sur un quai de débarquement de la gare de marchandises, elles sont conduites à pied au camp de femmes de Birkenau où elles entrent en chantant La Marseillaise. Jacqueline Quatremaire y est enregistrée sous le matricule 31641. Le numéro est immédiatement tatoué sur son avant-bras gauche. 

Le 24 février, Jacqueline Quatremaire est affectée comme infirmière au Revier de Birkenau. Elle y contracte une tuberculose pulmonaire, et décède le 15 juin 1943. Ses parents n’apprennent sa mort qu’au retour des rescapées. Jaqueline Quatremaire est titulaire de la Médaille militaire, de la Croix de guerre avec palme et de la Médaille de la Résistance, attribuées à titre posthume en 1960 avec la mention : «Quatremaire Jacqueline, sergent. 

Magnifique patriote, membre de la résistance intérieure française. Arrêtée pour faits de résistance le 17 juin 1942, a été internée jusqu’au 21 janvier 1943. Déportée le 23 janvier 1943 dans un camp de concentration, est morte glorieusement pour la France le 15 juin 1943.» 



Contacts

Aucun commentaires actuellement.

Laisser un commentaire

 

Voir toute l'actualité

Mairie de Villetaneuse - Place de l'Hôtel de Ville - 93430 - Tél. : 01 85 57 39 00 - Fax : 01 85 57 39 02