Site officiel de la ville de Villetaneuse

Actualité

Information périmée depuis le 07/06/2018

Zoom sur...MAI 68Il y a 50 ans

Forte période de révoltes sociales, politiques et culturelles, mai 68 a été un véritable déclic dans l’évolution des mœurs : conditions de travail, liberté d’expression, émancipation des femmes... À Villetaneuse, ouvriers, syndiqués, agents communaux étaient mobilisés et ont joué la carte de la solidarité. Une exposition de photos de l’époque est visible à l’hôtel de ville jusqu’au 16 juin. Les médiathèques vous proposent également une sélection d’ouvrages et de DVD sur le sujet.


Dans les rues de Villetaneuse, départ pour une manifestation du cortège des employés communaux. (© Mai 68/Archives municipales)

Le mouvement de Mai 68 fête ses 50 ans.
Alors que la contestation étudiante émerge dès le début de l’année 1968, elle va se cristalliser à l’ouest de Paris, le 22 mars 1968 avec l’occupation du campus de Nanterre. Le mouvement étudiant va ensuite prendre de l’ampleur au fil des semaines et s’étendre à toutes les universités parisiennes, puis françaises, avant que les syndicats et les ouvriers rejoignent cette protestation. A Villetaneuse, les agents communaux étaient mobilisés (photo de couverture et ci-contre). Une solidarité s’était mise en place afin de permettre aux enfants de grévistes de pouvoir déjeuner à la cantine.


La ville soutient les grévistes en off rant une cantine gratuite pour les enfants des travailleurs en grève. (Mai 68/Archives municipales)

Au plus fort du mouvement, près de sept millions de personnes feront grève, contre deux millions après la victoire du Front Populaire en 1936. Mais le pouvoir en place, avec le général de Gaulle à l’Elysée et George Pompidou à Matignon, va résister malgré les revendications des manifestants qui demandent leur départ.

Plus de deux mois après le début de la contestation à Nanterre, la droite va se retrouver dans la rue pour soutenir le chef de l’Etat et l’emporter aux élections législatives de juin. Des avancées substantielles De cette époque et sur le plan sociétal, il nous reste une sorte de « patrimoine immatériel ». Les jeunes qui avaient 20 ans en 68 en ont aujourd’hui 70. Ils ont été les pionniers en matière de liberté d’expression et de libération sexuelle. De nouvelles «valeurs» apparaissent qui, toutes, ont une tendance à la remise en cause de l’autorité.


La ville soutient les grévistes en off rant une cantine gratuite pour les enfants des travailleurs en grève. (Mai 68/Archives municipales)

Les figures du père, du chef, du professeur, du contremaître… sont défiées au profit d’une volonté d’autonomie. Un refus des règles traditionnelles de la société se développe pour mettre en avant l’autogestion (conflit des montres Lip et mise en œuvre de l’autogestion d’entreprise plus tard, en 1973). Et à l’école, à la discipline autoritaire, on préfère la participation collective aux décisions. Par ailleurs, la parole libre et le débat se développent.

Sur le plan social et politique, parmi les choses réclamées et obtenues par les salariés et les ouvriers à la suite des « Accords de Grenelle » (25, 26 et 27 mai au Ministère des Affaires sociales sous la présidence du premier ministre), il y eut notamment :
• une augmentation spectaculaire du SMIG de 35%;
• une augmentation moyenne de 10% pour les autres salaires;
• la possibilité de créer des sections syndicales dans les entreprises à partir de 2 salariés;
• une quatrième semaine de congés payés.

Par ailleurs, le monde agricole n’est pas oublié avec les «Accords de Varennes» signés le 31 mai 1968. ils remplacent notamment le SMAG (salaire minimum agricole garanti) des ouvriers agricoles par le SMIG (Salaire minimum interprofessionnel garanti). Jusque-là, le SMAG était nettement inférieur au SMIG.

Mais, beaucoup de choses réclamées à l’époque sont, malheureusement, redevenues d’actualité aujourd’hui. Les combats menés actuellement par les étudiants, les cheminots et de nombreux salariés du public comme du privé sont significatifs. L’explosion sociale d’il y a 50 ans nous rappelle qu’il y a aujourd’hui au moins autant de raisons, sinon davantage, de se révolter.

Une exposition de photos de l’époque est visible à l’hôtel de ville jusqu’au 16 juin.

Rendez-vous aussi :
Aux Archives Nationales de Pierrefitte, une exposition sur les «Archives du pouvoir» met l’accent sur les «voix de la contestation» à travers des documents : tracts, affiches, séquences audiovisuelles…
>> Elle débute le 24 mai et sera visible jusqu’au 22 septembre 2018. Archives Nationales, 59, rue Guynemer à Pierrefitte-sur-Seine Métro : Saint-Denis-Université.

Une visite de l'exposition aux archives nationales de Pierrefitte est organisée par le centre socioculturel Clara Zetkin.
>> Vendredi 22 juin 2018 de 13h30 à 16h, inscriptions à partir du 30 mai 2018.

Contacts

Aucun commentaires actuellement.

Laisser un commentaire

 

Voir toute l'actualité

Mairie de Villetaneuse - Place de l'Hôtel de Ville - 93430 - Tél. : 01 85 57 39 00 - Fax : 01 85 57 39 02