Site officiel de la ville de Villetaneuse

Actualité

Réunion publiqueUn bien précieuxLe logement social

La salle des mariages était pleine, ce 14 juin. Nombreux étaient les Villetaneusiens venus échanger et débattre sur les problématiques du logement social à l’invitation de Carinne Juste et Thierry Duvernay, en présence de David Proult, vice-président de Plaine commune en charge de l’habitat, Stéphane Peu, député de Seine-Saint-Denis et des bailleurs de Plaine Commune Habitat et de Seine-Saint-Denis-Habitat.


«Le principe du logement social est une tradition en France, l’objectif est bien d’être un lieu de brassage social. Le logement est un droit fondamental. Si on regarde les chiffres, 85% des habitants du territoire de Plaine Commune sont susceptibles d’’accéder à un logement social,» a introduit David Proult. On comprend que la demande soit importante. Sur 33 000 demandes annuelles, 5000 trouvent une réponse positive. Pour pouvoir être à la hauteur des besoins, il faudrait construire de nouveaux logements. Or, notamment en Ile de France, il y a des villes qui ne veulent pas construire de logements sociaux et préfèrent payer des amendes.

A cette situation déjà complexe, le gouvernement vient de faire vivre au logement social de  nombreuses évolutions en moins d’un an. « La loi de finance a fait baissé les loyers sur le dos des offices HLM, certains aujourd’hui sont proches de la faillite.

En photo : De gauche à droite, Thierry Duvernay, premier maire adjoint, Stéphane Peu, député de Seine-Saint-Denis, Carinne Juste, maire, David Proult, vice-président de Plaine Commune, et messieurs Roques et Longin, respectivement directeurs généraux de Seine-Saint-Denis Habitat et de Plaine Commune Habitat. (© Erwann Quéré)

Le logement devient un produit de consommation et non plus un droit.
La loi Elan, qui vient d’être discutée à l’Assemblée nationale, va inciter les bailleurs publics à vendre leur patrimoine. Le logement devient un produit de consommation et non plus un droit. On change de vision du monde», a précisé Stéphane peu, tout juste arrivé de l’Assemblée Nationale. « Pour les bailleurs, les conséquences de ces choix politiques sont concrètes dès les semaines à venir. Sur un  loyer, 10 % étaient réservés aux investissements pour des travaux d’entretien importants et des projets. A partir de maintenant, ces 10% iront dans les poches de l’Etat », précise Sébastien Longin de Plaine Commune Habitat. « Pour Seine-Saint-Denis-Habitat, cela représente une perte de 12 millions d’euros », complète Patrice Roques de Seine-Saint Denis-Habitat.


Dans l’assistance, nombreuses sont les questions sur l’avenir du logement social et l’avenir de ceux qui y habitent. « Si vous n’avez plus les moyens d’entretenir les bâtiments, dans quelles conditions va-t-on vivre ? » « Est-il possible d’échanger grand et petit logement en fonction de l’évolution de la famille au fil de la vie ? » « Si les bailleurs revendent leur patrimoine ne risque-t-on pas de voir des copropriétés se dégrader rapidement ? ». Entre inquiétude et volonté de se battre, les Villetaneusiens se sont montrés très sensibles au sujet.

« Je suis révoltée par la braderie des services publics. Si j’ai organisée cette réunion c’est pour que chacun puisse connaître les enjeux. Mieux informés et unis, nous serons plus efficaces pour agir ensemble », a conclu le maire, Carinne Juste. Les bailleurs sont prêts à mener la bataille en argumentant auprès de tous les niveaux de l’Etat, et à informer leurs locataires. Les Villetaneusiens présents à la réunion publique ont montré eux aussi leur volonté de se mobiliser.

Sauvons le logement social
>> Signez la pétition

Contacts

Aucun commentaires actuellement.

Laisser un commentaire

 

Voir toute l'actualité

Mairie de Villetaneuse - Place de l'Hôtel de Ville - 93430 - Tél. : 01 85 57 39 00 - Fax : 01 85 57 39 02