Passer au contenu

Site officiel de la ville de Villetaneuse

Intranet
Intranet

Culture

« Une médiathèque Annie Ernaux fait sens à Villetaneuse »

Interview de Florence Laroche

Illustration ©Erwann QUÉRÉ

La nouvelle médiathèque Annie Ernaux va être inaugurée le 8 mars pour la Journée internationale des droits des femmes. Florence Laroche, conseillère municipale en charge de la culture évoque l’inauguration et le choix d’une femme de lettres pour le nom de cette nouvelle offre culturelle.

VMV : Que va-t-il se passer pendant cette inauguration ?

Florence Laroche: Je vous donne rendez-vous ce 8 mars à 18 heures à la médiathèque, vous assisterez à l’inauguration officielle en présence d'Annie Ernaux, Dieunor Excellent, le Maire et Mathieu Hanotin, le Président de Plaine commune. Ce sera un moment de culture, de convivialité et de partage autour des textes d’Annie Ernaux qui seront mis en scène lors de la visite de la médiathèque par une compagnie théâtrale. Cette soirée d’ouverture sera bien évidemment accompagnée d’un buffet. 

VMV : Que représente cette ouverture, pour vous qui êtes en charge de la culture ?

Florence Laroche: Cette médiathèque représente l'accès à la culture au quotidien. Elle représente concrètement l’accès la culture numérique autour des jeux vidéo, l’accès à la culture autour du livre, l’accès à la culture pour tous les habitants quel que soit leur âge avec un espace petite enfance, jeunesse, adultes, la culture autour de la création artistique avec des expositions et des ateliers qui seront organisés en partenariat entre la ville et Plaine commune. L’accès à la culture est un combat de tous les jours. “La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert” comme disait Malraux. La culture nécessite en premier lieu un effort pour ensuite avoir accès au plaisir infini qu'elle peut procurer. La médiathèque, c’est aussi la culture du partage, de la convivialité, de la détente, de l'oisiveté au sens antique. Un refuge de culture, l’ultime accès, à ce qui permet de nous construire, d’être humains au final.   

VMV : Ouverture de la médiathèque et journée internationale du 8 mars, dans la même journée, en quoi c'était important de relier les deux ?

Florence Laroche: Cette inauguration se tiendra le 8 mars prochain, journée hautement symbolique, celle de la journée internationale des droits des femmes. Relier les deux était important pour nous pour deux raisons. D’abord, au regard du thème “les femmes, auteures de leur histoire” que nous avons choisi cette année pour célébrer et surtout lutter pour les droits des femmes. Ce thème fait écho aux auteures féminines qui osent et créent des œuvres littéraires ou artistiques comme Annie Ernaux, mais aussi aux femmes qui écrivent leur histoire par leurs choix et leurs actions. L’idée est de dire haut et fort que les femmes sont aussi maîtresses de leurs histoires au même titre que les hommes. Prendre des décisions, faire des choix, s’investir, toujours un dilemme, une peur parfois ou encore un retrait par convention. On peut, on doit, on est capable comme les hommes ! C’est ce que décrit Chloé Wary, notre artiste en résidence dans le cadre du dispositif "Écrivain.e.s en Seine-Saint-Denis”, qui nous plonge dans sa BD « La Saison des Roses » dans l’émancipation féminine au cœur d’un club de foot. C’est l’histoire d’une jeune fille qui prend son destin en main et se bat pour défendre son club de foot féminin. Puis, nous avons voulu mettre en avant les femmes dans l’espace public en ouvrant la médiathèque et l’auditorium qui portent des noms de femmes le 8 mars.  Pour rappel, seul 6 % des rues portent aujourd’hui des noms de femmes. Deux femmes seront donc mises à l’honneur ce 8 mars, Annie ERNAUX, femme littéraire de renom qui porte haut les valeurs féministes et Zaïma HAMNACHE, conservatrice de médiathèque dans notre département, femme fortement engagée pour la lecture pour tous notamment des tous petits, qui était directrice de l’association ACCES dont l’objet est de favoriser l’accès aux livres des tout petits. Nommer des bâtiments avec des noms de femmes, c’est lutter contre l'invisibilisation des femmes, c’est mettre en avant leurs réalisations, leurs combats… L’idée est de permettre à des Villetaneusiennes de s’identifier, de se projeter, de faire naître des vocations et pourquoi pas nos héroïnes de demain !

VMV : Comment le choix du nom d'Annie Ernaux s'est-il effectué ? Expliquez-nous ?

Florence Laroche: Annie Ernaux est une auteure féministe issue d’un milieu populaire qui évoque dans plusieurs ouvrages son parcours, ce qui l’a porté mais aussi ce qu’elle a ressenti. Elle a le désir d’agir sur le monde par l’écriture, c’est une écrivaine engagée dans le monde du présent, du réel. Dans La place,  elle évoque la place que chacun tient dans la société, le désir de fuir sa condition sociale et de s’élever mais aussi la peur d’être déplacé, d’avoir honte de ses origines sociales. Des sentiments que chaque transfuge de classe a déjà ressenti. Elle explique dans un passage de son ouvrage Femme gelée, comment sa passion de la lecture est née. Comment la lecture peut transformer le quotidien, permet l’accès à l’imaginaire, au voyage, aux émotions, à la vie à travers le livre. C’est un miracle merveilleux. Cette médiathèque représente pour moi cette possibilité de transmettre ce plaisir de lire. Ce “miracle” de la lecture qui vous fait vivre, voyager, ressentir, aimer. La lecture nous fait grandir, nous sort de notre ordinaire, de notre quotidien, la lecture, c’est un refuge. A Villetaneuse, je veux et j'espère que cette médiathèque soit ce refuge pour nos habitantes et habitants, ce refuge de culture, de littérature, d’arts… On l’a vu, on l’a vécu lors des divers confinements "La culture est ce qui reste, c’est qui fait que nous sommes humains, quand on a tout oublié" (Édouard Herriot.). C’est notre essence. Une médiathèque Annie Ernaux fait sens à Villetaneuse !

VMV : Si il fallait ne lire qu'une œuvre d'Annie Ernaux, quel serait votre choix ?

Florence Laroche: L'œuvre que je retiens est “La Place” qui me parle. Mon histoire est certes différente, mais j’ai partagé les sentiments qui y sont décrits. Ces sentiments liés à son milieu social.

 

Propos recueillis par Christophe Barette

Toutes les actualités

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par email Imprimer la page

Commentaires

Votre commentaire

Agenda

Tout l'agenda